Les Aventures de Tintin Index du Forum


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Hergé - Martin
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Aventures de Tintin Index du Forum -> Hergé et son oeuvre -> Hergé et ses collaborateurs -> Studios Hergé
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ipefix
Assistant du professeur Tournesol
Assistant du professeur Tournesol

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 722
Emploi: Consultant
Localisation: Paris
Pays: France
Région: Ile-de-France
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 11:04 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

Je vous retranscris ici un article paru dans le numéro 15 de la revue Bodoï (Janvier 1999)


De 1953 à 1972, le créateur d'Alix a travaillé dans les studios du père de Tintin.
Autopsie d'une collaboration fructueuse

Rémi - Martin
amis jusqu'a la lie ...


Quand et comment le personnage de Tintin a t-il fait irruption dans votre vie ?
C’était en 1931 à Chatenay-Malabry, j’avais dix ans. Me rendant à une leçon de piano, j'ai entendu, tout à coup sur mon chemin : “Attention Tintin !” Cela venait d’une salle de patronage où était projeté un film d'images fixes commentées par un animateur, tirées de Tintin au Congo. J'ai littéralement flashé là-dessus. 

Dès lors, Tintin a-t-il été le déclic pour votre carrière ?
Non, j’étais déjà emballé par Buster Brown, mais très peu par les Pieds Nickelés; et déjà je voulais devenir dessinateur de bandes dessinées. Il était évident qu’Hergé avait une classe nettement supérieure. Il y avait aussi la page de Tintin dans “Coeur Vaillant”, et j'y ai trouvé une symbiose formidable, exceptionnelle même, entre le récit et le dessin, ce qui fait que le mélange est bon. 

Outre cette symbiose, quelles étaient pour vous les qualités spécifiques au dessin d'Hergé ?
On y trouvait un formidable sens du mouvement, c'était dynamique et en même temps passionnant, j'étais subjugué. Les histoires d’Hergé me paraisaient très bien ficelées, et il n’y avait pas de faux-semblants, de décors bâclés ou sans signification, non plus que de remplissage. C'était graphiquement parfait, limpide et correct. 

Pouvez-vous citer une scène de référence ?
Oui, il y a dans L'oreille Cassée une séquence où une voiture arrive d’un côté et croise à toute allure un train arrivant à toute allure de l’autre côté. Le rendu de la vitesse y est prodigieux, c’est une scène d'anthologie par son sens de l'animation, même pour un cinéaste. Si Spielberg, qui n’est pas stupide, s’est à un moment donné intéressé à Tintin, c’est qu'il y a trouvé un véritable  archétype.

Quand avez-vous commencé à travailler avec Hergé ?
Très tôt (avec Alix en 48) pour le Journal de Tintin, mais au début, Hergé ne voulait pas de mon personnage. Il a par la suite changé d’avis puisqu'il m'a proposé quatre ans plus tard de collaborer avec lui dans ses Studios où j'ai fait partie de la seconde génération des auteurs de Tintin, la première étant celle de Jacobs, Laudy et Cuvelier. 

vous débarquez aux Studios Hergé en 54, pourquoi avoir attendu ?
Principalement parce que je n'aime pas le système salarial : la création ne va pas bien avec ce procédé. J'ai certes aujourd'hui une dizaine de collaborateurs, mais je vous assure qu’il n’y a pas de Studio Martin. Ils sont sous contrat avec les éditeurs et moi-même mais travaillent tous chez eux.

Dans quel contexte arrivez-vous chez Hergé ?
Il cherchait un scénariste. J'étais en train de réaliser La Grande menace lorsqu'il m'a contacté la première fois. J'ai donné mon accord en 1954, sous certaines conditions d'autonomie et de liberté, pour diriger les Studios d’une certaine manière. J'ai pu y réaliser sept albums d'Alix et trois de Lefranc. 

C'était inscrit sur le contrat .
Mais oui, je devais aider Hergé pour l'élaboration des histoires et je collaborais aussi aux dessins
... illisible ...
... moi qui habillais et même peaufinais tous les personnages. Au fil du temps, Hergé a travaillé de moins en moins et à la fin, il corrigeait juste un peu. c'est notoire ! Actuellement, je fais encore travailler quatre personnes de l'ancien Studio qui ont vécu cela et m'en parlent souvent

Tintin ne se résumait donc pas à Hergé .
Non : Hergé, pressé par le travail, n'a jamais dessiné seul. Par exemple, c’est avec Jacobs, en 1945, pendant la guerre, qu'apparaissent les décors plus fouillés. Chanteur d'opéra, Jacobs dessinait des objets, des salles de bains, des chambres à coucher pour des catalogues de grands magasins. Hergé l’a rencontré dans un cocktail et l’a trouvé tout de suite très sympathique et truculent. Aussitôt, il s’en est servi comme modèle pour animer le capitaine Haddock et l’a engagé comme décoriste. Jacobs a refait alors quelques albums dont le Lotus Bleu, et les a adaptés dans la perspective des années quarante. 1l a aussi apporté une certaine gamme de couleurs. A la même époque, la grande trouvaille de Casterman seront les albums en couleur. Jacobs a perfectionné aussi et là où il y avait deux traits pour représenter le trottoir et quelques briques pour un mur, apparaissent alors des tuiles abîmées, des arbres crédibles, bref des décors bien mieux élaborés. Mais ainsi Jacobs a piégé Hergé avec ses décors sophistiqués car dès lors pour le public, le pli était pris et il en redemandait ! 

Entre un avion fait par Hergé en 1935 et celui du Vol 714 pour Sydney, Il y a de fait plus qu'une évolution !
Oui : ce n’était plus du pur comique et les albums évoluaient vers un super-réalisme Par exemple, le dernier avion de la série est dû à Roger Leloup, un spécialiste du modèle réduit, le technicien de l'équipe, que j’ai amené aux Studios. Cependant ce n’est plus du Hergé mais du Leloup. Auparavant, Hergé concevait les avions et les voitures qu'il illustrait, un peu à la manière de Disney, assez de traviole ! Cependant, il dessinait des pompiers belges en Ecosse, et parfois c’était un peu n'importe quoi ! Nous avons tout refait, Bob De Moor et moi, ce qui l'a d'ailleurs incité à dessiner de moins en moins. 

Vous avez pourtant admis que nous ne discutiez jamais ses consignes.
Certes, je ne discutais jamais ses remarques sur le dessin. Il les trouvait parfois faux et me les faisait retravailler sans préciser pourquoi. Je changeais des détails, mais cela ne convenait toujours pas, jusqu'à ce qu’il me lâche : "Eh bien voilà, tu as trouvé, c’est le col qui n'était pas bon ”... J’aurais été heureux qu'il me le dise plus tôt !... Mais il ne donnait jamais de directives bien définies. Sa méthode pour apprendre à nager était de jeter l'apprenti à l'eau ! Moi, mes collaborateurs, je les retiens avec une corde. A Bob de Moor qui prétendait un jour avoir encore droit à huit jours de vacances, Hergé répondit : "Comment ? Personne n'a de droits ici, on n’a que des devoirs ”. C'était une forme de paternalisme assez strict...

Vous vous attribuez une part importante dans la création de plusieurs albums, dont l'Affaire Tournesol, Les Bijoux de la Castafiore, Coke en Stock, Tintin au Tibet, Vol 714, etc...
 ...Et les Bijoux de la Castafiore, ainsi que le dernier Jo et Zette que j'ai pratiquement fait tout seul. En fait, Hergé m'a tout bonnement déclaré un jour de déprime : "Tintin, je le hais". A ce moment-là, ce personnage était devenu, pour lui, une contrainte, un pensum, et aussi, il traversait une période sentimentale. Il n'avait malheureusement plus envie d’être là. Il ne s'intéressait plus qu'à la peinture moderne et il n’avait plus besoin de travailler. Tout cela était fort paralysant. Comme je touchais 1% des bénéfices de la société, j'en connaissais les revenus, et je peux assurer que cela était très confortable. 

Faut-il rendre à ce qui est à César ?
A la fin, il faisait des petits croquis, des tas de brouillons, mais la mise en place des dessins définitifs, à 70 %, c'était moi. Hergé avait l'art de phosphorer sur les idées d'autres, son problème étant de trouver l'idée de base. Les dernières années, il imaginait moins bien les gags. Par exemple, la scène du sparadrap dans L'Affaire Tournesol, c'est une idée à moi, c’est bien connu. Lorsque Haddock demande un chausse-pied au Grand Lama, c'est aussi une idée à moi aussi. Il glosait, il corrigeait le nez, la bouche des personnages et c’était tout bien souvent ! Parfois, il retardait tout, comme dans les Bijoux de la Castafiore, où De Moor avait dessiné une fenêtre où Tintin devait se pencher. Hergé devait alors ajouter sa petite touche, mais pendant un mois, il a gardé la page dans son tiroir ! Après, nous avons eu un mal de chien à la lui faire sortir... Il possédait aussi l'art de ne jamais prendre de décisions, de mettre les dossiers urgents au fond d’un tiroir en disant que ce sera beaucoup moins urgent dans trois semaines.

Quelle était l'ambiance, à l'époque, au 162 avenue Louise ?
Mes confrères avaient par la force des choses attrapé une mentalité d'employés que je n’ai jamais eue. Pour ce qui me concerne, j'avais des obligations qu'eux n'avait pas, étant donné que je continuais parallèlement mes propres bandes dessinées qui paraissaient par périodes toutes les semaines dans le Journal de Tintin. J’ai été formé à la dure école de la parution hebdomadaire, qui était aussi une chance. De fait, au début, tous les mercredis, j’allais à la poste le soir à deux ou trois heures du matin porter‘ ma planche de coloriage qui paraissait le mercredi suivant et j'entamais tout de suite la suivante. 

Vous avez donc rué dans les brancards...
Bien sûr, et j’ai été le seul à dire ses vérités à Hergé; le seul à le contester parfois, d’ailleurs il me trouvait "irritant". Aux Studios, j’ai toujours été l’homme à part, le type en dehors de la ligne. Cela a fini par poser des problèmes avec quelques collaborateurs. Ils réalisaient du Tintin à un rythme très, très lent. Au fil du temps, cela a évolué de mal en pis. A partir de dix neuf cent soixante, dix neuf cent soixante cinq environ, on a carrément pataugé dans la semoule : à cette époque, je ne suis plus parvenu à faire travailler les coloristes qui accueillaient les planches à mettre en couleurs en disant "quoi ? encore des coloriages?". J'ai alors mis hergé en garde. 

En fait de Studio, on dirait que vous évoquez un atelier de confection !
Vous ne croyez pas si bien dire Ces dames "tricotaient" devant leur page à colorier ! C'était devenu complètement surréaliste et paralysant. Et tous les journalistes qui passaient dans les Studios se sont fait piéger. C'est ce qui a valu la fameuse page bidon dont vous connaissez sûrement l'histoire. 

Non.
Un journaliste de Zurich débarqua, un jour, aux Studios alors qu'Hergé était en voyage en Italie. Il avait appris que nous préparions un nouveau Tintin... C'était du bluff bien sûr... Alors, avec Bob de Moor aux décors, on a décidé de faire une blague, un canular, une page bidon. Arrivé à Bruxelles, le journaliste l'a prise en photo, l'a trouvée formidable et puis a fait paraître le tout sous le titre "La toute nouvelle histoire de Tintin"! A son retour, Hergé a trouvé le journal sur sa table, et je l’ai entendu dire “Ah, les vaches". Puis, plus rien pendant trois semaines. Entre-temps, j'avais déposé la page chez mon avocat. Un jour, Hergé m’a demandé : "Cette page, quand me la donnes-tu ?”, je lui réponds : "Tout de suite si tu le veux, à condition que tu me garantisse noir sur blanc de ne jamais la détruire Ce jeu a duré deux ans. Cependant, il n’a jamais tenu cette promesse et je suis parti plus tard avec le dessin ! Aujourd'hui, cette page est encore en ma possession. Le problème était que moins il en faisait, plus les albums de Tintin se vendaient 

Vous vouliez, en quelque sorte. le secouer ?
Oui, il y a de cela, mais c'était difficile parce que Hergé, à cette époque, considérait que tout lui était dû et qu'il était le plus grand, le plus fort. Après la séparation avec sa première femme, il était de bon ton de le louanger sans cesse, et il acceptait ces cirages de botte, les écoutant dans sa posture classique, assis sur un bout de table avec les bras croisés. A partir de cette époque, il a vécu dans une sorte de bulle et a perdu assez vite le sens des réalités. d'ailleurs, il a mal supporté le succès d‘Astérix, et vers 1967-1968, en plein boom du personnage de Goscinny et Uderzo, il a lu un article de presse qui commençait par "Naguère, Tintin ”... en se référant au succès du petit gaulois. Aussitôt piqué au vif, il a lancé :" Comment ? je vais leur en fiche, moi, du naguère !". En me regardant : “Demain, on commence le nouveau Tintin ”... Ce qui a donné Vol 714 pour Sydney.

C ’est Donc Astérix qui a fait redémarrer Tintin?
Tout à fait, Goscinny et Uderzo avait trouvé une excellente formule qui consistait à jouer aux Chansonniers sur papier. Ils ont fait rire les Français avec de la gaudriole. Les coups de poing dans la figure qui font s’envoyer le Romain à 20 m de haut, cela défoule les gens et les venge de leur contremaître irrascible, de leur directeur teigneux et de leur comptable incapable. Avec ce procédé, le lecteur donne virtuellement le coup de poing. En dehors de cela et pour ce qui me concerne, je me suis toujours très bien entendu avec Albert Uderzo et René Goscinny, qui ont toujours été des amis de qualité.

Pourquoi avez-vous quitté les Studios Hergé
Celui-ci, plus il allait, trouvait subtil de diviser pour mieux régner, ce qui correspondait d'ailleurs à son caractère, et après 1965, j’ai pris une certaine distance vis-à-vis de lui. Par ailleurs, touchant la moitié de ce que je rapportais aux Studios, j'ai, à un moment demandé à ce que cela change. Hergé, alors, m’a répondu "c'est prématuré". Un jour je lui ai donné mon préavis. Alors il m'a réclamé de l'argent, mon semestre de manque à gagner que j'ai dû réglé.

Sur le plan des idées, vous étiez sur la même longueur d'onde ?
C'était un homme madré, réfléchi, calculateur, mais il était possible de discuter avec lui aussi bien de Canaletto que de Michel Sardou. Reste, cependant, que mes conversations avec lui ont été parfois politiquement difficiles, mais nous avons eu l'intelligence et le savoir-faire de ne jamais se heurter mutuellement. Il était très révisionniste - ce n'est pas mon cas, car j'ai vécu trois ans en Allemagne et je savais de quoi je parlais. Nous avons toujours évité soigneusement les sujets de cet ordre. Mais la plupart de ses amis avaient un passé bien défini.

Que pensez-vous des ouvrages biographiques parus depuis sa mort
Le livre d’Assouline est très bien fait et cependant l'auteur a été assez gentil, surtout concernant la période de la guerre. Depuis, il est persuader que les héritiers ont été furieux à la lecture de l'ouvrage. Mais qui donc a donné les documents à l'écrivain? D’ailleurs il a été sollicité pour faire cet ouvrage, ce qu’il a accepté à condition d’avoir accès à tous les documents. C’est dire que les successeurs ne les avaient pas lu ! Ainsi, ceux qui ont voulu faire de Hergé un archange en ont été pour leurs frais et surpris de ce que contenait les archives.

Parlez-nous de Van Melkebeke ?...
C'est effectivement un personnage qui apparaît dans le livre d’Assouline. Pendant toute la durée de la guerre, il a travaillé sur tous les scénarios d’Hergé, cela à partir de l’Etoile Mystérieuse. Ce personnage faisait, auparavant, partie du journal Le XXe Siècle à Bruxelles, avec l'homme politique Léon Degrelle, qui s'occupait de la publicité, et Hergé, qui était chargé de la chroniques journalières et qui dessinait aussi Tintin. Melkebeke était alors un chroniqueur de la vie politique belge. Après l'occupalion allemande, Hergé est passé au journal Le Soir, un titre littéralement volé à ses propriétaires par les collaborateurs de l'époque. Van Melkebeke y a signé à nouveau des articles politiques franchement pro-allemands. Mais la libération venue, Hergé a été inquiété quelques temps et interdit de publication. A ce moment-là, Raymond Leblanc, grand résistant, l’a sorti de ce mauvais pas, ainsi que Van Melkebeke, frappé de douze années d’interdiction de parution. Raymond Leblanc a alors engagé ce dernier comme rédacteur en chef du Journal Tintin, sans qu’il apparaisse officiellement. Pourtant, un député communiste belge a vite tempêté à la Chambre des députés, et Raymond Leblanc a dû changer de rédacteur en chef. Comme E. P. Jacobs avait alors du mal à composer son "Espadon", Raymond Leblanc le lui a adjoint, du coup l'Espadon en est devenu génial!

Comment expliquez vous que tant de collaborateurs aient été ainsi occultés
La fondation Hergé a certes tissé bien des rideaux et pratiquement gommé tous les anciens collaborateurs du maître. D'ailleurs les droits d’auteurs sur la propriété de certaines pages ne sont toujours pas résolu, et j'y réfléchis. Peut-être y aura-t-il un jour un problème à ce sujet ? L’avenir nous le dira.

Vous dites par ailleurs qu‘après la mort d'Hergé, Bob De Moor voulait poursuivre Tiintin avec vous.
Bob de Moor a espéré jusqu’au bout. Bob pensait que les Studios Hergé ne pourraient pas se passer de nouveauté s'ils voulaient poursuivre, ni se passer de nous, car il nous jugeait indispensables lui et moi! Bien sûr, je lui avais dit : Tu rêves, ils sont trop sûrs d'eux. Mais ce qui est assez discutable dans cette affaire, c’est que les Studios lui ont laissé croire jusqu'au bout qu'il pourrait continuer à dessiner le personnage de Tintin. Certes, il n’en est pas mort, il a disparu d’un cancer du tabac, mais cela n'a pas arrangé les choses. Un des ses fils me l'a confirmé. Il faut dire que Bob de Moor a rejoint les Studios très jeune, en 1951. Son oeuvre personnelle a été un peu oubliée et il a effectué tous les travaux ingrats des Studios, cela avec talent. Une part du succès de Tintin lui est due.

Aviez-vous des projets d 'aventures de Tintin. dans vos cartons?
Oui, j'avais pensé à un scénario qui se déroulerait dans les glaces du Spitzberg. Tournesol captait alors un SOS, faible, puis le décryptait, L'ami de Tintin se rendait compte que ce message était émis par une petite expédition d'explorateurs partis à ski pour réussir la traversée du pôle. Après avoir mangé des conserves avariées, ils contractaient le botulisme, une maladie mortelle. Personnellement, je savais ce que c'était puisque je l’ai contracté. Si l’on ne prend pas très vite un médicament, de la strichnine, la mort n’est pas loin.... Tintin prévenait alors des tas de gens, affrontaient le laxisme de certains organismes, puis enfin se lançait dans l'aventure, seul, comme d'habitude...

Hergé a-t-il refusé ce script ?
Oui et non. Il a hésité puis l’a rejeté car il ne pouvait y glisser la Castafiore et les Dupond et Dupont, et je lui avais proposé des flash back, Inais il nfaimait pas cette formule. En fait, je crois que ces prétextes cachaient sa volonté de ne plus rien faire d'effectif.

Que rétorqueriez-vous si les héritiers vous sollicitaient en vue de poursuivre les aventures de Tintin ?
Jusqu'ici, ils ne m’ont rien demandé, mais dans le cas contraire, j'y réfléchirais. Il se fait que j'ai beaucoup de travail, à mon avis c'est une hypothèse à laquelle ils ne songent pas. A ce propos, un Québécois a eu l’audace de finir l'Alph'Art et de le publier à ses frais, cela en couleurs. Il s’est fait évidemment réprimander et il est détesté par les successeurs d'après ce que je sais. Ayant vu son travail, je lui ai conseillé de laisser tomber car il perdait son temps. La fondation n’apprécie pas tellement les auteurs et collaborateurs, et elle les considère comme des personnes à oublier.

Vous jamais rencontré Fanny et Nick Rodwell ?
Si, Fanny, c’est moi qui l'ai fait engager aux Studios, en 1954. Quant à son époux, jamais.

Vous êtes retourné depuis lors aux Studios Hergé ?
Une fois, sur invitation d’Alain Baran. J'ai trouvé les locaux tristes, un peu un musée que l'on vient visiter, cependant ce lieu n'avait plus rien à voir avec les bureaux que j’ai connu.
Un de nos anciens premiers ministres a récemment estimé que François Miterrand n'était pas honnête. Diriez-vous aujourd'hui la même chose d Hergé ?
Ma réponse va être autre : intrinsèquement, c’était un honnête homme qui n’était pas du genre à faucher, toutefois moralement, il n’était pas parfaitement correct. Il y avait chez lui un côté opportuniste, foncièrement égoïste ou égocentrique, doublé du sentiment d'être le meilleur et le fort. Mais il était très intelligent, cultivé et doté d’un humour très fin.

Pourtant, vous vous présentez comme son exécuteur testamentaire ?
En quelque sorte : en février 1983, alors que Hergé était très malade dans un hôpital de Bruxelles, son cousin est venu me voir. Il m’a dit : je ne sais ce que vous aviez promis à mon parent, mais il m’a demandé de venir vous voir pour vous rappeler cette promesse. Je lui ai répondu alors : comptez sur moi, d'ailleurs cela correspond bien à mon opinion ainsi qu'à ma détermination.

Mais quelle était donc cette promesse ?
Hergé se sentait contesté et attaqué même au sein de sa propre maison d’édition. Un jour, il m'avait déclaré ceci : "Il y a des gens qui nous détestent et qui sont en train de détruire tout ce que nous avons fait. Tu es le seul capable de défendre notre oeuvre. Sois le gardien du temple !" Ce fut précisément son expression. A l’heure actuelle, je suis sans doute le plus vieux ancien dessinateur en activité, mais tant que je serai vivace, je défendrai notre travail avec rigueur. C'est assuré.

Il est vrai que vous vous présentez comme "un des derniers défenseurs du genre qu'il a illustré"
Oui, et j’ai été moi aussi attaqué comme étant obsolète . par ceux que j’ai appelé les "modernistes", souvent belliqueux et agressifs, surtout lorsqu'ils s'en prennent à leurs prédécesseurs. Pourtant, nous-mêmes nous n’avons jamais pratiqué cette discrimination, particulièrement avec des créateurs comme Saint-Ogan (Zig et Puce) ou même Forton, pour nous c'était des références. Hélas, certains jeunes auteurs sont trop enclins aujourd'hui à vilipender mes ouvrages. Cela dépasse souvent la querelle des anciens et des modernes et s’ils n’ont pas assez de talent pour s'imposer par eux-mêmes, ce sont des personnes qui n’ont rien à faire dans cette profession.

N’est-ce pas cette fameuse "Ligne claire" qui trace une frontière ?
Non : ces individus détestent aussi tout ce qui à leurs yeux est "classique", Astérix en tête. Pourtant, si bien des éditeurs ont pu leur donner du travail, c‘est bien parce que Astérix était là Ils n’ont même pas la reconnaissance du ventre, et prétendent que la bande dessinée classique a fait son temps Les faits prouvaient le contraire : le succès de Picasso n’a pas renvoyé Rembrandt dans les profondeurs de l'oubli.

Que pensez-vous de cette expression "Ligne claire" ?
C’est sans signification même si l’on a attribué ce style à Hergé. En 1958, à l'ORTF, j'avais déclaré qu’il y avait deux écoles, une de Bruxelles et l'autre de Charleroi en gros, l'une travaillant à la plume et l’autre au pinceau. Aussitôt, les moqueries ont fusé, cependant la définition a tenu pendant 25 ans. A présent, cette expression désigne seulement les dessinateurs qui travaillent sans porter des ombres.

Mais qui sont donc ces contestataires ?
Quelques mouvances dont la plus représentative a été les thuriféraires d’(À Suivre). Ce dernier a beaucoup vilipendé ce que nous représentions, Hergé et moi, et chercher à nous déstabiliser. Le résultat de tout cela est que l’on a même entendu un rédacteur en chef dire à des auteurs : "Faites de la non histoire". Dès lors, on en a eu, et cela a donné de la non-vente. Quant à la bande dessinée classique, elle a été marginalisé: chez Casterman durant plus de vingt ans. Il y a eu tricherie, abus, falsification même sur le succès et aujourd’hui, tout cet édifice s’écroule. C’est le retour du bâton.

Vous avez subi une injustice ?
Casterman a occulté Alix pendant 20 ans, refusant toute promotion, à peine quelques garanties de diffusion! J'ai mal vécu cela, car cela était scandaleux. Durant cette période, Casterman ne m’a pas invité une seule fois, officiellement, à Angoulême car je n'étais pas représentatif de la société ainsi que les responsables le clamaient.

Vous avez pourtant réalisé pour (À Suivre) un étrange "Hommage à Hergé"
Pas si étrange que cela. En l’occurence, Casterman m'a demandé cet hommage qui a été en fait le plus apprécié des lecteurs, cela dans les pages d'une revue où l’on ne n'aimait pas. Hergé n’appréciait pas Rastapopoulos, toutefois il a représenté une partie de lui-même, un aspect, car chacun se trahit toujours dans ses dessins ou ses écrits.

Quel est votre album préféré dans la série des albums de Tintin ?
L'Oreille cassée. Il y a là tout ce que j'aime. Les lecteurs n'y sont plus habitués peut-être, mais il atteste dans cette histoire 17 à 18 images par page, ce qui a fournit un scénario cohérent, peut-être trop dense - d’ailleurs le dessin animé en a tiré deux épisodes.

Si vous réalisez une oeuvre avec Allx, comment qualifier le travail sur Tintin ?
Il m'est impossible de me prononcer. ll y a pourtant une différence car moi j'ai des successeurs et Alix étant didactique, ce sont les enseignants et le public qui ont sauvé la série du placard dans lequel certaoins ont voulu l'enfermer. Il arrive parfois lors des dédicaces que des parents viennent me voir avec des enfants de deux ans prénommés Alix. Or, je ne crois pas qu'il en soit de même pour Tintin. Tout le monde semble étonné du succès d'Alix après 50 ans, mais personne n’essaie de le comprendre. Un succès comme celui-ci se bâtit en profondeur. Une carrière se construit entre 15 et 25 ans, puis certains peuvent vivre sur leur acquis.

Que pensez vous de la réédition de Tintin chez les Soviets ?
...
Vous pensez donc que l'Esprit Tintin a ses limites ?
Dorénavant, lorsqu'une série n'a pas de nouveautés, les ventes baissent automatiquement. Le public s’attend à un nouvel album à peu près tous les deux ans, sinon les résultats fléchissent. C’est ce qui se passe actuellement avec Tintin. Sans cela, il y aurait 28 albums l Pendant des années, il y a eu des tas de projets promotionnels, que dis-je, de combines, pour maintenir les chiffres, mais ça n’a rien maintenu. Cela n’a fait que freiner.
En définitive, il peut paraître vous qu'Hergè vous doit plus que vous ne lui devez?
Non : cette collaboration fut équilibrée. Il admirait ce que je dessinais, me disait de temps à autres que j’étais très bon pour dessiner les mains, par exemple, et certaines positions, et j'estime qu'il m’a apporté le luxe et le confort de ses moyens par les Studios.



Les membres suivants remercient ipefix pour ce message :
bachibouzouk (08/06/12), archibald (08/06/12), monsieur Li (08/06/12), Haddock (14/06/12), toutempoil (29/07/12), Francois Nemov (31/07/12), (16/08/12), (16/08/12), geronimokiwi (19/06/13)


Dernière édition par ipefix le Ven 8 Juin - 17:45 (2012); édité 16 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 8 Juin - 11:04 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ipefix
Assistant du professeur Tournesol
Assistant du professeur Tournesol

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 722
Emploi: Consultant
Localisation: Paris
Pays: France
Région: Ile-de-France
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 11:05 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

( A suivre ...)
Les membres suivants remercient ipefix pour ce message :
toutempoil (29/07/12)
Revenir en haut
monsieur Li
Patron du Lotus bleu
Patron du Lotus bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 5 379
Emploi: écornifleur à roulettes
Localisation: chez les fils du Dragon
Pays: France
Masculin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 11:09 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

Très intéressant cet article. Okay merci de l'avoir partagé.
Je confirme pour l'avoir relu récemment la scène de l'Oreille casée que ce dessin est génial Mr. Green

edit : Parce qu'il y a une suite Shocked Bon bah ... La suite ! La suite ! La SUITE !!!
________________________

©Hergé/Moulinsart 2010

Revenir en haut
ipefix
Assistant du professeur Tournesol
Assistant du professeur Tournesol

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 722
Emploi: Consultant
Localisation: Paris
Pays: France
Région: Ile-de-France
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 11:17 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

Oui il y a une suite ,cette interview est énorme !!!!!
Il est me semblait important de la retranscrire en texte pour débattre plus facilement en citant des passages.

La suite arrive tranquillement, j'utilise un OCR avec des retouches a faire à la main.


Revenir en haut
ipefix
Assistant du professeur Tournesol
Assistant du professeur Tournesol

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 722
Emploi: Consultant
Localisation: Paris
Pays: France
Région: Ile-de-France
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 14:27 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

Le texte est maintenant complet, il reste une grosse relecture a faire, je vais poster les scans chacun pourra y apporter sa contribution.
Revenir en haut
monsieur Li
Patron du Lotus bleu
Patron du Lotus bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 5 379
Emploi: écornifleur à roulettes
Localisation: chez les fils du Dragon
Pays: France
Masculin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 17:01 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

Bravo

Passionnant !! Et surtout, il y a beaucoup de franchise sur son ressenti. ça nous change des dithyrambes officielles sur Hergé.
________________________

©Hergé/Moulinsart 2010

Revenir en haut
ipefix
Assistant du professeur Tournesol
Assistant du professeur Tournesol

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 722
Emploi: Consultant
Localisation: Paris
Pays: France
Région: Ile-de-France
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 17:25 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

monsieur Li a écrit:
Bravo

Passionnant !! Et surtout, il y a beaucoup de franchise sur son ressenti. ça nous change des dithyrambes officielles sur Hergé.


Cette interview est effectivement très intéressante , mais je trouve la charge de Martin très très lourde sur Hergé , on y sent beaucoup d'aigreur et une part de règlement de compte .

Faut il tout prendre au pied de la lettre ?
Revenir en haut
monsieur Li
Patron du Lotus bleu
Patron du Lotus bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 5 379
Emploi: écornifleur à roulettes
Localisation: chez les fils du Dragon
Pays: France
Masculin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 17:42 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

ipefix a écrit:
Cette interview est effectivement très intéressante , mais je trouve la charge de Martin très très lourde sur Hergé , on y sent beaucoup d'aigreur et une part de règlement de compte .

Faut il tout prendre au pied de la lettre ?

C'est vrai qu'il met beaucoup en avant les défauts de Hergé. Il règle un peu ses comptes avec Hergé (et ses successeurs) dans cette interview.
Difficile pour nous d'avoir une idée sur quelque chose qu'on n'a pas connu. A chacun de se faire son idée. Je pense qu'il doit y avoir du vrai dans ce qu'il dit. Beaucoup de vrai. Mais poussé à l'extrême. Il relève principalement les points noirs sans vraiment parler des points positifs.
________________________

©Hergé/Moulinsart 2010

Revenir en haut
ipefix
Assistant du professeur Tournesol
Assistant du professeur Tournesol

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 722
Emploi: Consultant
Localisation: Paris
Pays: France
Région: Ile-de-France
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 18:35 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

L'hommage de Martin dans le HS a suivre (visible ici http://www.bellier.org/A%20Suivre/page1-100.htm)



Revenir en haut
monsieur Li
Patron du Lotus bleu
Patron du Lotus bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 5 379
Emploi: écornifleur à roulettes
Localisation: chez les fils du Dragon
Pays: France
Masculin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 19:05 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

"Dis ! tu as vu ce nez" Laughing
Enorme cette réplique Mr. Green
________________________

©Hergé/Moulinsart 2010

Revenir en haut
ipefix
Assistant du professeur Tournesol
Assistant du professeur Tournesol

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 722
Emploi: Consultant
Localisation: Paris
Pays: France
Région: Ile-de-France
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 09:03 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

Une autre interview de J.Martin, qui reparle de sa collaboration avec Hergè a peu près dans les mêmes termes

http://erato.pagesperso-orange.fr/horspress/martin.htm

copié-collé du contenu du lien


Rencontre avec un grand de la bande dessinée.

Le créateur d'Alix et de Lefranc nous fait revivre en quelques mots sa carrière, les coulisses surprenantes du journal Tintin et des studios Hergé et nous parle de ses projets. A 75 ans, Jacques Martin reste plus que jamais au premier plan de la bande dessinée européenne.

Jean-Louis Tallon - Pour quand est prévu le prochain Alix ?

Jacques Martin - Pour septembre, si tout va bien. Ce nouvel album s'intitule la Chute d'Icare. J'aime beaucoup ce titre. L'histoire s'inspire d'un fait authentique qui s'est déroulé en Grèce en 300 avant JC et raconte la prise de la ville d'Icarios par des pirates. Ceux-ci miment, nus, la chute d'Icare, de façon à attirer la foule aux remparts pour s'amuser du spectacle et, pendant ce temps là, l'autre moitié des pirates prend la ville à revers. Et c'est Arbacès qui les guide.

JLT - Arbacès est donc de retour...

JM - Oui... Sinon, je prépare déjà un autre Alix intitulé le Fleuve de Jade. L'histoire se déroule entre Alexandrie, la Haute-Egypte, la ville de Méroé et les chutes du Zambèze. Le fleuve de Jade est un bras du Nil dont l'eau, à l'époque était complètement viciée, à cause des déchets des mines de cuivre qui s'y déversaient. Quand les gens s'y baignaient ou traversaient le fleuve, ils s'empoisonnaient et mouraient. Quant à Lefranc, un nouvel album, la Colonne, doit sortir d'ici un mois environ. Cette fois, l'histoire, inspirée de faits réels, se déroule au Cambodge et traite du trafic des œuvres d'art khmers. Il y a là-bas des faux qui sont, d'après les antiquaires, très difficiles à distinguer des vrais car les faussaires récupèrent des pierres de haute époque et reconstituent des statues. Il est alors impossible de savoir si la sculpture a quinze jours ou cinq siècles ! C'est un trafic insensé !

JLT - Pour ce nouvel épisode de Lefranc, êtes-vous allé sur place ?

JM - Non, mon médecin me l'a interdit, car j'ai eu de gros problèmes de santé. Pourtant, je voulais m'y rendre. J'avais déjà pris mes billets... J'ai eu cependant la chance de rencontrer une jeune femme faisant partie de Médecins Sans Frontières et comme elle devait rejoindre son mari au Cambodge, elle m'a proposé de m'envoyer une cassette vidéo des lieux où je souhaitais faire évoluer mes personnages. En tirage de tête, l'album proposera d'ailleurs des illustrations supplémentaires sur le Cambodge. Car c'est tout de même un pays étonnant !

JLT - Votre scénario a-t-il été modifié par rapport aux documents qu'on vous a envoyés ?

JM - Un peu. J'avais des documents sur le temple d'Angkor mais pas sur la vie là-bas. Il y a beaucoup de motos, de pétrolettes et personne n'a de casque. C'est typique et amusant. Ils transportent des matelas, des choses énormes… Vous avez aussi les cigarettes " Alain Delon ". La plupart des gens ignore qu'il est le roi de la cigarette en Asie du sud-est. Les cambodgiens organisent des visites très rigoristes du temple d'Angkor mais dès que vous dépassez cette zone touristique, c'est n'importe quoi. Sans oublier le danger des mines ! Je montre tout cela dans l'album. Bien entendu, Axel Borg y joue un rôle important. Lui, dès qu'il y a un trafic quelque part… mais il sauve Lefranc. Par intérêt, naturellement…

JLT - Axel Borg n'est donc pas aussi mauvais qu'" Olrik ", le méchant des Aventures de Blake et Mortimer ?

JM - Il est moins irrécupérable que lui, oui. Axel Borg fait partie de cette catégorie de gens que l'on appelle les " hommes à fric ". Une seule chose l'intéresse : l'argent... Il se fiche du pouvoir. Et s'il sauve Lefranc, c'est uniquement par intérêt. Par amitié, aussi. Après tout, ce sont de vieilles relations.

JLT - Borg a un peu le look du gentleman cambrioleur.

JM - C'est un peu ça. Elégant et chevaleresque.

JLT - Comment vous est venue l'idée du personnage d'Alix ?

JM - A l'époque, je travaillais à Bruxelles dans le secteur de la publicité. Un jour, quelqu'un m'a dit d'aller voir deux rues plus loin car un nouveau journal allait sortir : le journal Tintin ! Mon sang n'a fait qu'un tour ! Je suis allé voir la direction. Raymond Leblanc m'a reçu tout de suite et m'a demandé de faire un projet d'histoire. Quand je suis rentré chez moi, je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose d'exceptionnel. C'était la chance de ma vie !

JLT - Raymond Leblanc vous avait-il dit ce qu'il devait y avoir dans le premier numéro ?

JM - Oui, j'avais vu la maquette. Avec Tintin, comme " histoire clef ". A l'époque, c'était la BD-référence. A tel point qu'auparavant, je m'étais présenté chez plusieurs éditeurs et chaque fois on m'avait demandé de faire du Tintin. C'était casse-pied. On vous demande toujours le succès d'avant-hier, pas le succès d'après-demain. Moi, je voulais faire autre chose. J'ai donc présenté le projet d' " Alix ". Raymond Leblanc s'est emballé. Dès que Tintin augmenterait son nombre de pages, ils publieraient Alix. Je n'y ai pas cru. J'ai tout de même fait une page " prototype " et je suis parti en vacances chez ma mère. Elle avait une maison dans les Vosges. A peine arrivé là-bas, je reçois un télégramme me demandant de rentrer d'urgence à Bruxelles parce que le journal Tintin démarrait Alix ! Il m'a fallu repartir ! Et à l'époque, en 1946, les voyages étaient pénibles ; il fallait sans cesse changer de train. De retour à Bruxelles, Raymond Leblanc me demande où en est la série. Je lui réponds : " Nulle part ! " et lui propose de me rendre la première page - je ne la trouvais pas bonne - pour la recommencer. Mais il n'en était plus question : elle était déjà à l'imprimerie. J'ai commencé Alix sans savoir où j'allais, mais je savais en revanche d'où il provenait. J'avais inventé ce personnage parce qu'il était le résumé de mes lectures sur l'Antiquité.

JLT - C'est quoi un bon personnage ?

JM - Ah ! Bonne question, à laquelle il est difficile de répondre. Un bon personnage est celui auquel le lecteur peut s'identifier. Quelle que soit sa forme. Même si c'est une caricature… s'il est humain, si on se reconnaît en lui, c'est gagné, le personnage fonctionne. Parfois, un personnage peut même vous échapper. Le lecteur s'y identifie tellement que cela dépasse la volonté de l'auteur. Hergé s'est trouvé piégé avec le personnage du capitaine Haddock. Au début, Haddock était surtout une crapule. Et pourtant, contre toute attente, le public l'a adopté. Hergé s'est alors senti obligé de le maintenir. La même chose m'est d'ailleurs arrivée avec Arbacès. A tel point que certains lecteurs me demandaient de dessiner autant Arbacès qu'Alix. Ce qui me vexait un peu…

JLT - Et la même chose est arrivée avec le personnage d'Enak, je crois ?

JM - Absolument. Enak m'a été imposé par le public. La société Raymond Delègne va sortir une reproduction d'Alix en miniature. Mais ils commencent déjà à fabriquer Enak parce que tous les commerçants leurs réclament les deux personnages. Ils sont devenus indissociables. Après le Sphinx d'or, j'ai commencé l'Ile maudite sans y mettre Enak. La direction du journal Tintin, voyant qu' Enak n'était pas dans cette histoire, m'a alors téléphoné et m'a prié, par crainte d'émeutes, de "parachuter ce personnage". C'est l'expression qu'ils ont employée. J'ai été d'abord surpris mais je me suis exécuté. J'étais jeune, j'avais 25 ans. D'ailleurs, vous n'avez qu'à relire l'Ile maudite. Enak surgit comme par miracle. C'est le public qui a choisi ce personnage, pas moi. Mais ça ne m'a pas trop dérangé car il est intéressant.

JLT - A quel moment avez-vous pensé que vous feriez de la bande dessinée ?

JM - A douze ans. A ce moment-là, j'habitais Châtenay-Malabry, au sud de Paris. Je prenais des leçons de piano à Sceaux. Et un jour, en passant devant un patronage, j'entends " que le grand cric me croque " ou quelque chose de ce genre. J'entre et je vois des images qui défilent. C'était les films fixes d'Hergé, tirés des albums de Tintin. C'est là que j'ai su que je voulais devenir dessinateur de bande dessinée. Mes parents étaient contre. Pour eux, j'étais fou. C'était comme si j'avais demandé d'être fil-de-fériste. A l'époque, vouloir faire de la bande dessinée, c'était complètement idiot, stupide, ça ne correspondait à rien. Mais j'ai toujours gardé ça en moi. Après la guerre, j'ai voulu me lancer dans la BD. Je suis allé voir des éditeurs parisiens et tous m'ont dit : " Mais pourquoi voulez-vous faire de la BD ? ça n'a aucun avenir ! " Seul un directeur de chez Gründ m'a dit d'aller en Belgique car c'était bien le seul endroit où ça pouvait marcher. J'y suis allé pour trois semaines, j'y suis resté trente cinq ans.

JLT - Quels dessinateurs vous ont influencé ?

JM - Tout le monde et personne. On s'est influencé les uns les autres. Moi, j'ai apporté, je crois, aux autres dessinateurs de mon époque, le souci de la perspective et du décor. Edgar P. Jacobs a apporté la couleur et un certain rythme d'histoire, même si au début il a eu d'énormes difficultés dans le découpage. Hergé a apporté son expérience et ses façons de faire. Il nous a surtout donné de bons conseils sur les contrats, parce qu'on se faisait un peu voler à l'époque. Il n'y avait aucune concurrence entre nous : on s'entendait très bien, on s'entraidait, on avait de l'admiration les uns pour les autres, on était une bande de copains !

JLT - Qu'est-ce qui fait selon vous la qualité d'un scénario ?

JM - Le travail et l'originalité. Je reproche à beaucoup de jeunes dessinateurs de ne pas assez s'occuper du scénario. Je suis comme Gabin qui disait à peu près ceci : " Un bon film, c'est un bon scénario, et surtout, principalement, un bon scénario ". C'est finalement assez juste. Vous pouvez voir un film mal fichu, mais si le scénario est bon, vous allez aimer. Si vous allez voir un film " esthétique ", où les acteurs penchent la tête [il mime, ironique], avec de superbes images, mais un scénario à la gomme, vous ne suivez pas. Le cinéma est victime de l'indifférence du public parce qu'il y a peu de bons scénarios. C'est toujours le thème du mari, de la femme, de l'amant que les réalisateurs déclinent depuis des années…

JLT - Pensez-vous que le cinéma américain soit plus inventif ?

JM - Je vais poser la question autrement. Les réalisateurs français sont-ils capables de faire des films comme Retour vers le futur ou les Aventuriers de l'arche perdue ? Ce cinéma-là est merveilleux, fantastique, abusif à certains moments, tirant sur des ficelles énormes, mais il est réjouissant. Et Autant en emporte le vent… Quel chef d'œuvre ! Je troquerais bien une grande partie de mes albums pour un tel livre. C'est un chef d'œuvre scénaristique. Margaret Mitchell n'a fait qu'un livre, mais quel livre ! Il vaut mieux une histoire moyennement dessinée avec un scénario prenant que l'inverse. Aujourd'hui, on voit des choses très bien dessinées, mais ce qu'on lit est vide. Pour ma part, j'ai toujours cherché à construire mes histoires de manière rigoureuse. Aujourd'hui encore, il m'arrive de recommencer plusieurs pages de scénario. J'en ai encore jeté quatre l'autre jour. Et pourtant, elles étaient presque finies !

JLT - Aujourd'hui, Raphaël Moralès dessine le personnage d'Alix, Christophe Simon, celui de Lefranc. Pourquoi avoir laissé vos personnages à ces jeunes dessinateurs ?

JM - J'ai un problème de vue. J'ai attrapé la macula qui est une maladie des yeux il y a environ huit ans. Depuis, j'arrive encore à dessiner, à travailler avec l'aide d'appareils optiques, mais pour ce qui est de repasser à l'encre et de finir un dessin ? Impossible ! Je dessine encore un peu mais c'est plus instinctif, et ça aide Raphaël et Christophe à comprendre ce que je souhaite. Je continue à surveiller la construction de l'image. J'ai vraiment eu de la chance de former ces jeunes.

JLT - Quel âge ont-ils ?

JM - Moralès a 32 ans, Christophe en a 26. Et j'ai comme ça toute une gamme de collaborateurs.

JLT - Au fond, c'est un studio " Martin " ?

JM - Non, chacun travaille chez soi. Ils viennent me voir, on discute un certain temps, ils repartent et reviennent deux jours après pour me montrer leur travail. La Belgique a cet avantage. C'est un petit pays où il y a un très grand nombre de dessinateurs et les distances sont couvertes facilement. J'ai donc plusieurs dessinateurs : Jacques Denoël, Vincent Henin, Cédric van Herweige, et Olivier Paques, qui a 22 ans.

JLT - Oui, mais ces collaborateurs s'occupent de la couleur, de l'encrage, du lettrage… Raphaël Moralès et Christophe Simon dessinent aujourd'hui VOTRE personnage. Vous n'avez pas éprouvé un certain déchirement au début ?

JM - Non, car j'ai toujours fait ça. Roger Leloup, le créateur de Yoko Tsuno, a été mon premier collaborateur. Il est venu chez moi à l'âge de 15 ans. J'ai même demandé à ses parents de me signer une lettre où ils me déchargeaient de la responsabilité de lui "casser" ses études. Ses parents avaient trouvé qu'il apprenait plus chez moi qu'à l'école ! Roger [Leloup] m'a beaucoup aidé car j'accumulais les tâches : je travaillais sur Alix, Lefranc et également sur Tintin.

JLT - Ces jeunes dessinateurs, ça ne leur a pas posé de problèmes au début de sacrifier leur énergie pour un personnage qui ne leurs appartenait pas vraiment ?

JM - Non, car ils sont venus me voir spontanément. Ce n'est pas comme si j'avais fait paraître une annonce " cherche dessinateur… " et que quelqu'un vienne me voir sans réelle motivation. Ils m'ont présenté leurs dessins, m'ont proposé de travailler pour moi car ils aimaient mes BD. ça été le cas de tous, je n'en ai cherché aucun.

JLT - Pour les scénarios, vous ne voulez pas de collaborateurs ?

JM - Ah non. J'ai tellement d'histoires à raconter ! J'en ai fait la liste. J'ai écrit des résumés qui serviront à mes successeurs. Laisser le scénario à quelqu'un d'autre, aujourd'hui, c'est impensable !

JLT - Quelle est la différence entre votre système de travail à vous, maintenant que vous avez tous ces collaborateurs, et celui qu'il y avait à l'époque du studio Hergé ?

JM - C'est très différent. Quand je suis entré au studio Hergé, Tintin était prééminent sur le marché des albums. La preuve : en 1950, mon neveu m'avait demandé d'acheter autre chose que du Tintin. Je n'ai pas trouvé.

JLT - Même pas un album de Blake et Mortimer ou d'Alix ?

JM - Mais non. Les Aventures de Blake et Mortimer, éditées pat les éditions du Lombard,sont arrivées sur le marché des albums dans les années soixante. Comme Alix ou Lefranc. A part Tintin, rien ne marchait car c'était mal distribué. Une superbe voiture sort demain sur le marché. Si elle n'est pas présente dans certains garages, comment voulez-vous l'acheter ? Les français ne vendaient pas le quart de ce que vendaient les belges. Par exemple, sur un tirage de 10 000 Blake et Mortimer, il s'en vendait 7 500 en Belgique et 2 500, péniblement, en France. Pourquoi ? Les libraires n'en voulaient pas. Une fois, un commercial de Casterman m'avait demandé de l'accompagner en tournée avec lui. Nous sommes allés à Marseille sur la Canebière [il prend l'accent marseillais] et nous avons rendu visite à un libraire. Celui-ci ne voulait pas d'Alix. Il vendait des Tintin et ça lui suffisait. Alors j'ai décidé, avec son accord, de lui laisser une dizaine d'Alix en dépôt. Nous sommes revenus le voir trois jours plus tard. Il avait tout vendu et en voulait d'autres ! Voilà comment ça fonctionnait. Certains lecteurs du journal m'écrivaient d'un peu partout, Meudon, Versailles, Rennes, et se plaignaient de ne pas trouver mes livres. De nos jours, bien sûr, ça paraît totalement paradoxal. L'album s'imposait difficilement..

JLT - Sur quels albums d'Hergé avez-vous travaillé ?

JM - J'ai commencé à collaborer avec lui pour la Vallée des cobras de la série Jo, Zette et Jocko. Je l'ai presque entièrement dessiné.

JLT - Que vous avait donné Hergé comme base de départ ? Les crayonnés ?

JM - Il avait commencé cette histoire avant la guerre, sans trouver le temps de la terminer. Comme la production du studio Hergé était lente, la direction du journal Tintin m'avait demandé, en attendant un nouveau Tintin, de reprendre Jo et Zette. Et j'ai fait la Vallée des cobras, corrigé par Hergé de temps en temps. ça a été ma carte d'entrée aux Studios.

JLT - Vous avez également fait le découpage ?

JM - Tout ! Il avait dessiné trois ou quatre pages au crayon, que j'ai reprises complètement.

JLT - Et c'est signé Hergé !

JM - Oui, mais c'était la condition. C'était le studio Hergé, un peu comme pour les dessinateurs de Walt Disney, qui se perdent dans le contexte " Walt Disney ". Même si vous avez un générique, à la fin du dessin animé, reprenant les noms des collaborateurs, qui peut dire qui a fait ci ou ça ?

JLT - Vous avez ensuite travaillé sur d'autres albums d'Hergé.

JM - Effectivement. J'ai écrit le scénario et réalisé le découpage de l'Affaire tournesol, de Coke en stock, des Bijoux de la Castafiore et de Tintin au Tibet.

JLT - Pourtant Hergé racontait que Tintin au Tibet était un album très personnel.

JM - Ouais… Sans commentaires… Non, Tintin au Tibet avec l'histoire autour de Tchang, c'était vraiment mon idée. Mais cette collaboration ne s'est pas faite sans engueulades. Pour les Bijoux de la castafiore, idem, Hergé ne voulait pas de gags. J'ai quand même réussi à en imposer certains.

JLT - Le gag de la voiture, par exemple ?

JM - Oui. Avec le professeur Tournesol qui passe à travers la voiture ? J'avais pris comme modèle la voiture de ma femme. Pour l'Affaire Tournesol, j'ai inventé le gag du sparadrap.

JLT - Et le coup des élastiques dans Tintin au Tibet ?

JM - C'est également moi.

JLT - Hergé a dit, notamment au cours de ses entretiens avec Numa Sadoul, que les Bijoux de la castafiore avait été l'occasion pour lui de déconstruire le récit.

JM - Oui, il voulait déstructurer ses histoires, sans mettre de gags.

JLT - Une histoire sans histoire…

JM - Voilà. Mais ce n'était plus du Tintin. On a vraiment été en désaccord à ce moment-là, parce que j'avais la sensation que Hergé était en train de tuer son personnage.

JLT - Vous avez également travaillé sur Vol 714 pour Sidney ?

JM - Oui, c'est le dernier. J'ai participé à toute son élaboration avec Roger Leloup, l'inventeur du fameux jet "Carreidas 160 ". Lui et moi avons quitté le studio juste après. La productivité du studio était devenue tellement faible. Personne ne travaillait. Sauf moi qui avais mes propres histoires et Roger [Leloup]. Il y avait même quelque chose de paradoxal : on dessinait plus du Alix ou du Lefranc, au Studio Hergé, que du Tintin.

JLT - Mais comment est né Vol 714 pour Sidney puisque personne ne travaillait ?

JM - Hergé a pris la décision de démarrer Vol 714 pour Sidney devant le succès croissant d'Astérix. Je m'en rappelle. C'était à son retour de vacances. Il avait un important courrier sur son bureau, notamment un article parlant du succès formidable d'Astérix, " comme naguère Tintin ". Je le revois encore, penché et marmonnant " Naguère Tintin, naguère Tintin, je vais leurs en foutre du naguère ! Demain, on commence un nouvel album ! " Moi, j'exultais ! Mais le lendemain, il était déjà moins décidé. Il voulait attendre une semaine avant de s'y mettre. Je l'ai alors un peu remué. En somme, on lui a soutiré les pages de Vol 714 pour Sidney. Et à mon avis, la même chose a dû se passer pour Tintin et les Picaros. Bob de Moor est passé par là. D'ailleurs, cet album, ce n'est plus du Hergé, c'est du de Moor.

JLT - Au niveau du dessin, vous voulez dire ?

JM - Oui. Et puis Hergé était déjà malade.

JLT - Pourtant, malgré son état, pourquoi avait-il commencé Tintin et l'alphart ?

JM - Hergé aimait composer des histoires, mais il avait besoin de soutiens. Que ce soit par quelqu'un comme moi ou comme Jacques Van Melkebeke, avant la guerre. Mais après 1945, ce dernier était pris par Jacobs. Toutes les histoires de Jacobs ont été écrites par van Melkebeke.

JLT - C'est-à-dire ?

JM - Jacques Van Melkebeke était un remarquable scénariste qui a travaillé avec Hergé pendant la seconde guerre mondiale. Il devient rédacteur en chef du journal Tintin en 1946, avant d'être déclaré incivique, pour avoir collaboré. Il est alors viré du journal Tintin par Raymond Leblanc, mais il reste néanmoins, dans l'ombre, le scénariste d'Hergé. A la même époque, Jacobs avait d'énormes difficultés pour continuer le Secret de l'Espadon. Il décide donc de recourir lui aussi aux services de Van Melkebeke. C'est lui qui a imaginé l'espadon. Hergé, qui ne pouvait plus vraiment compter sur Van Melkebeke, fait alors appel à moi comme dessinateur et scénariste.

JLT - Est-ce aussi Van Melkebeke qui a imaginé l'histoire de la Marque Jaune ?

JM - Oui, bien sûr.... Mais que s'est-il passé ensuite ? Vingt ans après, Van Melkebeke demande à Jacobs de cosigner les albums de Blake et Mortimer. Jacobs refuse. Van Melkebeke met alors fin à sa collaboration avec Jacobs, qui se retrouve un pris au dépourvu! Car Jacobs savait dessiner mais pas écrire des scénarios aussi brillants. D'ailleurs, quand vous lisez ses mémoires, Un opéra de papier, il se réfère souvent à " l'ami Jacques " sans dire explicitement qu'il s'agit de Jacques Van Melkebeke. Seuls les initiés peuvent comprendre.

JLT - Que pensez-vous des reprises de Blake et Mortimer : des versions " Benoît/ Van Hamme " ou " Julliard/Sente " ?

JM - Dans l'ensemble, les lecteurs semblent satisfaits même s' ils sentent bien que c'est autre chose. Je ferais seulement deux reproches. Jacobs était un dessinateur consciencieux, méticuleux, pas toujours à l'aise dans le dessin. Il faisait une quantité de calques et obtenait des dessins un peu raides, tellement il y avait de dessins en dessous. Julliard, lui, est très habile. Dans un passage de l'album, une femme se retourne avec une élégance et une souplesse que Jacobs n'aurait jamais réussi. C'est vraiment bien dessiné, mais ce n'est plus du Jacobs. Cela peut déplaire aux puristes. Le deuxième reproche que je fais à ces deux nouveaux albums, c'est leur manque de fantastique. Jacobs imposait à Van Melkebeke d'écrire des histoires fantastiques.

JLT - Là, vous n'allez pas dire que c'est Van Melkebeke qui recherchait la documentation ou qui avait l'idée de départ ?

JM - Si. Quand Jacobs conçoit un album tout seul, ça donne l'Affaire du collier ou les 3 formules du professeur Sato qui ne sont pas, loin de là, ses meilleurs albums.On m'avait demandé de continuer Les 3 formules du professeur Sato. J'ai refusé. Un exemple : à un moment, Mortimer saute d'un avion qui fait un piqué à 500 à l'heure, tombe dans l'eau et en ressort impeccable… A 500 à l'heure ! Un piqué ! N'importe qui serait aplati comme un œuf au plat ! De plus, il y a un grand nombre d'incohérences que Van Melkebeke n'aurait jamais faîtes.

JLT - Vous avez créé Alix, Orion, Jhen, Khéos, soit quatre personnages historiques… Et puis, il y a Lefranc, une série contemporaine. Comment est-elle née ?

JM - Par hasard. En 1951, lors d'un séjour dans les Vosges, un ami d'enfance m'a fait visiter le col de Bussang. Quelle ne fut pas ma stupéfaction de voir dans le tunnel du col des V1, braqués sur Paris et gardés par un plouc ! N'importe qui pouvait venir jusque-là, l'assommer et les allumer. C'était insensé ! Un peu plus tard, j'ai également visité une partie de la ligne Maginot. Et en repartant en Belgique, j'ai inventé dans la voiture le scénario de la Grande menace. J'ai demandé au journal Tintin l'autorisation de dessiner cette histoire. Ils ont d'abord refusé. Les récits fantastiques étaient réservés à Jacobs. Mais comme je leur forçais la main, ils ont fini par accepter. La série a eu beaucoup de succès et ils m'ont demandé de continuer. Du coup, je me suis retrouvé avec Alix et Lefranc.

JLT - Ecoutez-vous de la musique quand vous travaillez ?

JM - Je le faisais au début, mais plus maintenant. ça me déconcentre.

JLT - Quel genre de musique aimez-vous ?

JM - Le classique. Aujourd'hui, je ne peux plus conduire. Mais avant, j'aimais écouter de la musique classique en roulant à toute allure, entre 180 et 200 : Malher, Stravinsky, Tschaïkovski, pratiquement pas de musique moderne.

JLT - Pas de musique contemporaine, comme celle de Pierre Boulez ?

JM - Non. Les musiques dodécaphoniques ou sérielles ne m'emballent pas. Je préfère des compositeurs comme Strauss ou Stravinski à ceux qui, en un sens, décomposent la musique.

JLT - On a évoqué le cinéma tout à l'heure. Quel est le dernier film que vous ayez
vu ?


JM - Gladiator.

JLT - Qu'en avez-vous pensé ?

JM - Le début est formidable, la bataille très bien reconstituée. En revanche, Commode n'était pas du tout comme ça ! Et Maximus n'a jamais existé. ça me trouble. J'ai une image de Commode qui n'est pas celle du personnage qui est incarné. C'était un colosse. Il adorait se mesurer aux lions dans l'arène. Vous imaginez sa force ! C'était aussi un véritable salaud. Il était d'une cruauté infâme. Et il n'est pas mort en combat, comme dans le film, mais assassiné par les prétoriens. Il y a donc une liberté prise avec l'Histoire…

JLT - … qui vous gêne.

JM - Oui.

JLT - Dans vos scénarios, vous aimez rester fidèle à la vérité historique ?

JM - Oui. J'essaye de respecter la vérité historique. Je ne vais pas dessiner César barbu et bossu. Si je dois représenter une séquence avec Cléopâtre, j'essaye de la représenter telle qu'on la connaît à travers les documents que l'on possède.

JLT - Il y a eu une adaptation d'Alix pour la télévision. Je crois savoir que vous avez été assez satisfait du résultat… [Il fait la moue]… moyennement satisfait… C'est à cause de la bande blanche manquante sur les tuniques d'Alix et d'Enak ?

JM - Les sociétés de production vont au plus court. J'aurais préféré qu'ils fassent 13 films très bien, plutôt que 26 relativement moyens. Ils suppriment des détails comme la bande blanche parce que ça représente une demi-heure de dessins supplémentaire.

JLT - Aimeriez-vous voir Alix adapté au cinéma ?

JM - Ah oui ! Mais il faudrait voir par qui et comment ! ça peut desservir la série si c'est mal filmé. Après l'expérience du dessin animé, je serais à l'avenir très méfiant. Je ne veux pas d'un film raté comme le Vercingétorix de Dorffman.

JLT - Steven Spielberg souhaitait adapter les Sept boules de cristal et le Temple du soleil avant de stopper le projet car il avait découvert qu'Hergé avait eu des problèmes pendant la seconde guerre mondiale. C'est ce que vous avez dit. Ce n'était donc pas qu'une question de droits ?…

JM - Non. Spielberg aurait appris qu'Hergé avait eu des problèmes après la guerre. Je n'ai assisté ni aux débats, ni aux discussions. Ce n'est pas moi qui le dis, des ouvrages évoquent ce sujet. Ce sont les informations qui m'ont été rapportées à plusieurs reprises. Et pourtant le projet était très avancé. Les héritiers d'Hergé avaient même envisagé une installation de la fondation Hergé à New York.

JLT - Avez-vous déjà été contacté pour l'adaptation d'Alix en film ?

JM - Oui, mais ça n'a jamais abouti.

JLT - Des noms de réalisateurs ont été évoqués ?

JM - Plusieurs. Notamment Zulawski, pour Lefranc.

JLT - Que pensez-vous des campagnes de médiatisation autour de XIII et de Largo Winch ?

JM - Aujourd'hui, on ne peut plus se passer de publicité. Vous verrez d'ailleurs que les prochains Lefranc et Alix seront très médiatisés Pour un gros tirage, c'est automatique.

JLT - A combien est tiré un album de Lefranc ?

JM - Pour l'instant, à 150 000 exemplaires avec les versions néerlandaises et flamandes. Alix peut dépasser les 250 000 exemplaires si la publicité est bonne. XIII a démarré lentement et les ventes ont décollé avec le battage médiatique.

JLT - Y a-t-il un projet de CD rom qui reprendrait la série " Les voyages d'Alix ", par exemple ?

JM - Pour l'instant, non. Mais je suis ouvert à toutes les suggestions. J'ai écrit une histoire et je n'ai qu'une envie : la raconter au plus grand nombre. Si les nouveaux procédés technologiques me permettent de la véhiculer aux petits argentins pour qui l'album est trop cher ou aux nord-américains chez qui l'album n'est pas distribué, je suis partant.

JLT - Quels mystères de l'Antiquité vous passionnent ?

JM - Presque tous ! Cléopâtre, par exemple. Comment était-elle ? Qui était-elle vraiment ? C'est un personnage qui reste fascinant ! Mais il y a tant d'autres mystères. Akhénaton…

JLT - L'Atlantide vous inspire aussi ?

JM - Oui. J'envisage d'ailleurs de réaliser un Alix intitulé Atlantis.

JLT - Quelle est votre théorie sur l'Atlantide ? Pensez-vous qu'elle était située dans l'Atlantique ?

JM - Oui, bien sûr. Je ne suis pas d'accord pour situer l'Atlantide à Santorin. Une telle civilisation ne pouvait pas tenir sur une si petite île. Dans le Critias, Platon la décrit comme une civilisation extraordinaire et très savante. Il devrait en rester des traces dans les documents des cités voisines de la Méditerranée. C'est comme si l'on vous disait que la Belgique a fait d'énormes découvertes sans que ni les français, ni les anglais, ni les hollandais ne le sachent… ça ne me semble pas crédible. Situer l'Atlantide dans l'Atlantique me paraît aller de soi. Et puis pourquoi les appeler " atlantes " s'ils n'étaient pas dans l'Atlantique ? Qu'en pensez-vous ? C'est bizarre, ça. Ils auraient dû s'appeler les " méditerranéos ". Quand on étudie la sismographie des fonds sous-marins, il est tout à fait possible qu'une île ou un groupe d'îles aient disparu. Comme dans le pacifique, quand le Cracatoa a explosé. C'était, paraît-il, terrifiant ! Une vague gigantesque s'est dirigée sur le Japon situé pourtant à des milliers de kilomètres de là.

JLT - Et un album de Lefranc portant sur une civilisation antédiluvienne, un peu comme dans la Nuit des temps de Barjavel ?

JM - J'y pense aussi.

JLT - Avez-vous regretté de ne pas avoir pu dessiner, au début, des femmes dans vos bandes dessinées ?

JM - J'en ai toujours dessinées. Mais cela m'a été reproché. J'ai reçu des lettres me demandant d'arrêter. Jacobs a dû enlever une danseuse en tutu qui apparaissait sur la page d'un magazine dans la Marque jaune. Chez Dupuis, des auteurs ont signé des contrats stipulant qu'ils ne devaient pas dessiner de femmes. Après avoir dessiné la reine Adréa dans le Dernier spartiate, j'ai reçu du courrier insultant parce que j'avais, soi-disant, donné une image pernicieuse d'une femme de 40 ans tombant amoureuse d'un gamin de 17-18 ans. C'était un très mauvais exemple pour les familles. J'ai même notamment reçu une lettre d'un professeur d'Angers. Il avait surpris son fils de seize ans en train de lire le Dernier spartiate dans les escaliers de la cave, le lui avais retiré des mains et l'avait détruit ! Naturellement, je lui avais répondu en me gaussant. C'était la mentalité des années 50. Tout a basculé en 1968. Du jour au lendemain on a vu surgir des seins de partout, et nous, du coup, on avait l'air de crétins ! Aujourd'hui, dans les BD, une fille montre ses seins à la troisième page et couche à la dixième. Je ne critique pas. Je constate. A notre époque, c'était hors de question…. Dans les albums d'Hergé, il y a juste la Castafiore et Madame Pirotte… et Irma… Pourtant Hergé n'était pas mysogine. Maintenant, on condamne des auteurs comme lui ou comme moi. Mais il faut tout replacer dans son contexte.

JLT - Il y avait même des censures d'ordre politique…

JM - Absolument. Deux de mes albums ont été interdits : les Légions perdues et la Griffe noire " pour violence et incitation à la haine ". Heureusement, Goscinny est allé taper du point sur la table au Ministère de l'Intérieur et a fait lever l'interdiction. Quelqu'un du Ministère avait trouvé que le personnage cagoulé brandissant une arme contre Alix était une réminiscence de l'OAS ! Un autre y avait vu une référence aux cagoulards d'extrême-droite. Dans les jours qui ont suivi, tous mes albums ont été retirés de l'étalage. Autrement dit, la vente était annulée. Si Goscinny n'était pas intervenu, mes albums passaient à la trappe pour des raisons politiques complètement ahurissantes. J'étais loin de penser aux cagoulards quand j'ai dessiné ça. Ce n'était pas une époque facile.

JLT - Selon vous, que reste-t-il de la ligne claire et de l'école franco-belge ?

JM - Beaucoup et peu. Certes, un grand nombre de dessinateurs s'en inspirent encore. Mais il y a moins de rigueur qu'à mon époque. Certains jeunes dessinateurs ou éditeurs peu compétents se satisfont aujourd'hui d'histoires bâclées, de dessins tout juste corrects. De mon temps, nous avions une rigueur dans la documentation, le scénario, la qualité du dessin. Et là je ne parle pas uniquement des représentants de la ligne claire, mais de toute une génération de dessinateurs : Franquin, Roba, Peyo ou Jijé. Il m'arrive encore, malgré ma maladie des yeux, de parcourir des bandes dessinées d'aujourd'hui et de me demander si je n'ai pas sauté des pages ! En 46 pages, ils ne racontent pas ce que je raconte en 7 ou 8. C'est assez désolant.

Propos recueillis par Jean-Louis Tallon
23 mars 2001 à la Bibliothèque de Chassieu (Rhône)
Les membres suivants remercient ipefix pour ce message :
monsieur Li (14/06/12), archibald (30/06/12), toutempoil (29/07/12)
Revenir en haut
archibald
Capitaine du Sirius
Capitaine du Sirius

Hors ligne

Inscrit le: 11 Nov 2009
Messages: 3 392
Localisation: l'aurore
Pays: France
Région: Ile-de-France
Masculin

MessagePosté le: Sam 30 Juin - 09:23 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

Citation:
JLT - Pourtant Hergé racontait que Tintin au Tibet était un album très personnel.

JM - Ouais… Sans commentaires… Non, Tintin au Tibet avec l'histoire autour de Tchang, c'était vraiment mon idée. Mais cette collaboration ne s'est pas faite sans engueulades. Pour les Bijoux de la castafiore, idem, Hergé ne voulait pas de gags. J'ai quand même réussi à en imposer certains.

Aurait-on des raisons précises de croire plus Martin que Hergé ? Des moyens de recoupement ?
Citation:
JLT - Quels dessinateurs vous ont influencé ?

JM - Tout le monde et personne. On s'est influencé les uns les autres. Moi, j'ai apporté, je crois, aux autres dessinateurs de mon époque, le souci de la perspective et du décor. Edgar P. Jacobs a apporté la couleur et un certain rythme d'histoire, même si au début il a eu d'énormes difficultés dans le découpage. Hergé a apporté son expérience et ses façons de faire. Il nous a surtout donné de bons conseils sur les contrats, parce qu'on se faisait un peu voler à l'époque. Il n'y avait aucune concurrence entre nous : on s'entendait très bien, on s'entraidait, on avait de l'admiration les uns pour les autres, on était une bande de copains !
Quand on sait les rapports entre Jacobs et Martin , on se demande si Martin n'est pas un peu mythomane , ou s'il pratique l'humour au second degré ???
________________________
©
Revenir en haut
Francois Nemov
Cavalier de l'émir
Cavalier de l'émir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2012
Messages: 393
Emploi: comme Tintin !
Pays: France
Région: Wallonie
Masculin

MessagePosté le: Dim 29 Juil - 13:24 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

Que Jacques Martin prétende avoir écrit les scenarii et réalisé les découpages de l'Affaire Tournesol, de Coke en Stock et de Tintin au Tibet me laisse dubitatif. Nous sommes là entre 1956 et 1959, soit l'époque de la publication des premiers Alix : Alix l'intrépide, le Sphinx d'or, l'île maudite, la tiare d'Oribal et la griffe noire. Les scenarii et découpages des Tintin cités sont d'une qualité et d'une clarté très largement supérieures à ce que Martin a réalisé pour ses propres albums, qui portent encore à mon sens la marque du débutant, alors que les trois Tintin sont irréprochables de professionalisme. J'en conclus que Martin a très probablement collaboré et fourni des idées pour ces Tintin, mais qu'il exagère quand il prétend avoir réalisé ce travail seul.
Revenir en haut
catallaxie
Satellite d'Adonis
Satellite d'Adonis

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2009
Messages: 3 106
Localisation: ensoleillé
Pays: France
Région: Provence-Alpes-Côte-d'Azur
Masculin

MessagePosté le: Dim 29 Juil - 19:34 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

Je n'ai pas lu cet entretien dans son intégralité... dans d'autres source martin est plus modeste en qualifiant son rôle dans les aventures de tintin à un donneur d'idée.
________________________
Mes ventes (me contacter par MP):
TT toilé rouge de l'espadon Tome 1 et/ou 2
EO La machination Voronov
Affaire du collier (album BP)
Sanctuaire du Gondwana (tirage BNP)
La malédiction des deniers 1 (BNP)
Etrange rendez-vous (tirage virgin)
Revenir en haut
pierre-le-syldave
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 16 Aoû - 12:55 (2012)    Sujet du message: Hergé - Martin Répondre en citant

quelle interview !  Very Happy
Sur Tintin au Tibet on peut quand même remarquer que l'amitié Tintin/Tchang est un peu du même type que Alix/enak non ? 


J'ai peu lu d'Alix, mais il y avait une ambiance particulière, une attirance pour le fantastique, ... Tintin au TIbet collerait bien.


Même si sans doute il exagère son rôle. 
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:09 (2017)    Sujet du message: Hergé - Martin

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Aventures de Tintin Index du Forum -> Hergé et son oeuvre -> Hergé et ses collaborateurs -> Studios Hergé Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

TOUS DROITS RESERVES Les Aventures de Tintin / le forum des tintinophiles
© 2009-2012 Les Aventures de Tintin / le forum des tintinophiles.
Forum non-officiel sur les aventures de Tintin.
Tintin est une marque déposée © Hergé / Moulinsart 2012
Toutes les images incluses dans ces pages sont la propriété exclusive de leurs auteurs, ayant droits et/ou éditeurs.
Elles ne sont ici qu'a titre de réference ou d'illustration. Si les propriétaires le désirent, elles seront retirées immédiatement.